Ciudad de Vélizy-Villacoublay
Recherche

« Portraits » de la jeunesse vélizienne exposés dans nos rues et à la mairie

Jueves, 4 de marzo de 2021
Cultura
Ocios

Leur regard vous a certainement interpellés, ces photos affichées partout dans la ville incarnent la jeunesse vélizienne. Une série de vingt-sept portraits capturés par le photographe Arnaud Vareille et sublimés par l’artiste-graphiste Anette Lenz. Découvrez l’envers du décor de cette initiative portée par L'Onde Théâtre Centre d'art.

« Portraits » de la jeunesse vélizienne  exposés dans nos rues et à la mairie

Mettre en lumière le visage de la jeunesse vélizienne était l’intention de Joël Gunzburger. Pour réaliser ce projet, le directeur de L’Onde, Théâtre Centre d’Art, a missionné Arnaud Vareille, photographe - portraitiste et Anette Lenz, la graphiste en charge de l’identité visuelle de L’Onde. Vingt-sept jeunes de 14 à 25 ans ont répondu présent à l’annonce faite sur les réseaux sociaux de la Ville.

Un accessoire emblématique

De juin à juillet, les participants ont défilé sous l’objectif du photographe. Habitué à travailler pour de grandes institutions et personnalités politiques, le professionnel a adapté sa manière de procéder. « Les ados maîtrisent leur image avec les selfies, ils utilisent leur téléphone comme un miroir pour refléter ce qu’ils veulent montrer d’eux même. L’enjeu n’est pas le même, ils doivent me donner leur confiance, j’utilise ici le téléphone comme un doudou et non plus comme un outil.» Le téléphone est alors un accessoire pour mettre à l’aise, apaiser et désamorcer le stress du shooting photo.

L’empreinte d’une génération

Pas de brief préparatoire, les jeunes se sont rendus à L’Onde dans leur tenue de tous les jours.

« L’idée n’était pas de faire une photo de portrait type photo de classe, je ne cherche pas la perfection, je veux saisir l’humain » souligne le photographe. Des rendez-vous individuels de 40 minutes ont été organisés avec chaque participant. Le temps nécessaire pour briser la glace, faire connaissance et se familiariser avec le lieu et l’appareil. « L’adolescence est une période complexe où l’on se cherche… ces visages m’ont touché. Arnaud a su révéler leur personnalité », commente Anette. Les postures, attitudes et codes vestimentaires caractérisent cette génération au naturel.

Des portraits ancrés dans leur environnement

L’Onde a invité les jeunes à prendre possession des lieux. Les photos ont été réalisées dans les couloirs, escaliers, salle d’exposition, salle de spectacle… on retrouve des éléments qui viennent contextualiser le projet. Le jeu de lumière est un parti pris esthétique et artistique pour rappeler une certaine forme de mise en scène propre au théâtre et à l’art.

 

Au-delà des éléments structurels de L’Onde, l’identité graphique de l’institution vient habiller les portraits. Anette, qui collabore depuis quatre ans avec le Théâtre Centre d’Art, a réceptionné les photos d’Arnaud et a fait plusieurs propositions pour y ajouter cette patte artistique si reconnaissable. Des échanges à son atelier et en visioconférence avec Joël et Arnaud ont permis d’aboutir aux œuvres exposées » sur les panneaux de la Ville. L’idée était de mettre en valeur le portait sans le dénaturer. Anette a composé un jeu typographique autour de la photo. Son envie était « d’assoir la photo portrait dans un décor comme au théâtre ». Les lettres des prénoms des jeunes interviennent et se fondent sur la scène dans un contraste noir - blanc. On lit certains prénoms, on en devine, tandis que d’autres s’effacent complétement comme par timidité. L’écriture est le prolongement de leur personnalité.

A l’issue du projet, chaque participant a reçu un tirage de sa photo en haute définition. Le photographe a glissé un mot au dos de chaque portrait en souvenir de ce moment partagé.

Une partie de l'exposition est à découvrir dans le hall de l'hôtel de ville jusqu'au vendredi 30 avril inclus.