Stadt Vélizy-Villacoublay
Recherche
Accueil Actualité Les reportages

Portrait : Joël Gunzburger, un passeur d'émotions

Dienstag, 12. oktober 2021
Kultur

À la direction depuis six ans du Théâtre et Centre d’Art de Vélizy-Villacoublay, Joël Gunzburger ne cesse de nous étonner année après année en proposant une programmation culturelle aussi séduisante qu’éclectique.Il se confie sur son parcours et ses projets pour L’Onde.

Portrait : Joël Gunzburger, un passeur d'émotions

« J’aurais voulu être un artiste… » n’était pas le refrain de sa vie quand il était adolescent. Celui qui est aujourd’hui à la tête de L’Onde désirait qu’une seule chose : devenir médecin ! « J’avais 19 ans et un jour mon père m’a dit ceci : "si tu veux soigner les hommes, alors fais du théâtre car le théâtre soigne les âmes"», se remémore Joël Gunzburger. Ce conseil le pousse à tenter sa chance au prestigieux concours du Conservatoire supérieur d’art dramatique de Bruxelles, où il fera toute sa formation. Au fil des spectacles, il se rend compte que jouer sur scène ne le passionne pas. « J’ai eu le déclic un soir après une représentation. Je ne souhaitais absolument pas être comédien. Je n’avais qu’une envie, celle de diriger un théâtre », explique-t-il, les yeux brillants.

De New York à Vélizy-Villacoublay…

Il part alors aux États-Unis et tente sa chance. On lui propose d’administrer le théâtre Ubu Repertory à New York. « C’était une expérience exaltante mais la France me manquait », confie Joël Gunzburger. De retour sur sa terre natale, il travaille au centre Pompidou à Paris puis dirige plusieurs scènes nationales renommées comme la Filature de Mulhouse, avant de rejoindre l’équipe de l’Onde. « J’ai été tout de suite impressionné par ce centre artistique très bien équipé, l’une des plus grandes scènes d’Ile-de-France, mais aussi par la ville en elle-même que je ne connaissais pas. Il règne à Vélizy-Villacoublay un climat bienveillant dans lequel les arts peuvent s’éclore et s’épanouir. Pascal Thévenot, Bruno Drevon le président de l’Onde et l’ensemble de l’équipe municipale portent un regard attentif à la culture », ajoute-t-il. Une atmosphère agréable et paisible, mais exigeante, qui l’a conduit à s’installer durablement sur la commune.

Susciter l’émotion !

Directeur de l’Onde depuis six ans, il cherche année après année à surprendre et aussi émouvoir les Véliziens avec des représentations de qualité. « Programmer une saison est un défi ! J’ai souvent le ventre noué et je me questionne beaucoup. J’ai adoré tel ou tel artiste mais le public l’aimera-t-il autant que moi ? Tout le monde n’a pas la même sensibilité, aussi, il est important de proposer des spectacles variés dans lesquels chacun, quel que soit son âge, peut s’y retrouver. Susciter des émotions chez les spectateurs, cela a toujours été ma priorité », souligne-t-il.
L’Onde propose du théâtre, des concerts, de la danse mais également des spectacles hybrides où se mêlent les disciplines. « C’est fascinant de voir l’incidence de chaque art sur un autre art. L’intervention des nouvelles technologies et l’inclusion de l’image dans les arts vivants font naître des spectacles fondamentalement uniques. J’aimerais accueillir plus d’artistes qui réalisent ce type d’oeuvres pluridisciplinaires », confie le directeur.


Autre projet qui lui tient à coeur : transmettre aux jeunes générations l’envie de découvrir le monde du spectacle. « Nous travaillons notamment en étroite collaboration avec le service Éducation. D’ici à quelques semaines, de nouveaux dispositifs vont être mis en place. Parmi lesquels, des visites des locaux de L’Onde et des ateliers de danse, conçus par un artiste professionnel, qui seront proposés aux enfants durant les temps périscolaires. Le but est de les inciter à venir voir un spectacle, leur ouvrir l’esprit et leur montrer qu’il existe de nombreuses formes d’art ». Un challenge que Joël Gunzburger est prêt à relever !

Retrouvez toutes les informations sur l'Onde Théâtre Centre d'Art