Stadt Vélizy-Villacoublay
Recherche
Accueil Actualité Les reportages

PORTRAIT - Jean Chantel, une figure du monde associatif

Mittwoch, 18. august 2021
Entspannung

Après 15 ans à la tête de Vélizy Associations (VA), Jean Chantel passe le relais. Nous sommes allés à sa rencontre pour lui rendre hommage et découvrir son parcours exemplaire.

PORTRAIT - Jean Chantel, une figure du monde associatif

Vélizien de la première heure et figure incontournable de la vie sportive, Jean Chantel nous reçoit à l’Ariane, maison des associations. Le natif de Narbonne, arrive avec ses parents en région parisienne à l’âge de 1 an. Grâce à une résidence familiale, il reste attaché à ses racines et retourne régulièrement dans son village entre mer et montagne où il fait beaucoup de planche à voile, de char à voile et de ski. Il commence sa vie professionnelle chez Citroën. De son arrivée dans le monde
de l’industrie automobile, il garde le souvenir d’un milieu dur. « J’ai appris à aimer le métier. J’y suis resté 45 ans,
j’ai été fraiseur, chef d’équipe, contremaître, chef d’atelier.

J’ai fait tout ce que j’ai pu pour accéder à des fonctions d’encadrement. À l’époque, on était facilement autodidacte. » Dans ses premières années Quai de Javel, il travaille sur des modèles mythiques comme la dernière traction avant, la DS, l’Ami 6,
l’Ami 8, la CX... En parallèle, passionné de natation, il devient champion de Paris de water-polo.
Puis vient le temps du service militaire. Lorsqu’il évoque cette période, sa voix se fait plus grave. « À vingt ans en Algérie,
ce n’était pas rien. Cela a été 28 mois difficiles en raison de l’éloignement de la famille et des risques encourus. Une guerre qui n’avait rien d’anodine. » L’ancien sous-officier appelé fait désormais partie des membres de l’association des anciens combattants de Vélizy et participe régulièrement aux cérémonies commémoratives.

Pendant le service militaire, Jean Chantel découvre de nouvelles activités sportives. « C’est là que j’ai débuté le judo et je ne l’ai jamais arrêté. » À partir de la ceinture noire, il participe à des compétitions départementales et régionales, entre 1966 et 1976. Le jeune homme décroche même une année le titre de champion des Yvelines. L’athlète garde d’excellents souvenirs de cette période où il sillonne toute l’Ile-de-France. « J’adorais l’ambiance, et ce sport en particulier : difficile, contraignant, rude, qui m’a valu d’aller cinq fois à l’hôpital pour des opérations liées à la pratique. » Cette passion pour le judo le pousse à occuper
le poste de président du club pendant 25 ans tout en continuant à fouler le tatami. L’une de ses fiertés est d’avoir créé, le baby judo pour les enfants à partir de 4 ans avec une pratique tournée vers l’amusement.