Stadt Vélizy-Villacoublay
Aktualität
Geschichte
Montag, 15. juni 2020

Hommage à Raymond Loisel, un homme tourné vers les autres

Le maire de Vélizy-Villacoublay de 1990 à 2004 vient de nous quitter. Peu de temps après son arrivée dans la ville en 1972, il ne tarde pas à s’investir dans la vie locale. L'homme a marqué des générations de Véliziens. Retour sur des décennies d’engagement.

Hommage à Raymond Loisel, un homme tourné vers les autres

L’Onde, le tracé du tramway T6, la crèche des Lutins, nouveaux rythmes scolaires… les projets portés par Raymond Loisel ont façonné durablement le paysage de Vélizy-Villacoublay. Ses lunettes aux verres carré des premières années et son éternelle moustache resteront longtemps dans les esprits. Il voit le jour le 12 août 1929 à Paris. Jeune adulte, il se dirige vers des études d’ingénieur en informatique et c’est naturellement le travail qui le mène à Vélizy-Villacoublay, ville déjà à la pointe dans le secteur de l’innovation. Il s’y installe en 1972 et occupe un poste dans le nouveau pôle économique en plein essor.

Connu et apprécié pour son altruisme

Il rejoint rapidement le Conseil municipal sous l’étiquette RPR dès l’année 1977 en intégrant l’équipe de Robert Wagner. Il devient bientôt son adjoint d’abord à la Sécurité, puis aux Sports avant d’hériter des Finances et des Affaires économiques en tant que 1er adjoint. En 1990, Raymond Loisel accède au poste de maire et conserve l’esprit des origines initié par Robert Wagner : construire une ville où modernité rime avec qualité de vie. Il ajoute à ses fonctions celle de conseiller régional qui lui permettra de faire avancer le projet de l’actuel tramway T6. Cet homme, dont la gentillesse est saluée, n’est pas du genre à se laisser faire. Convaincu de l’intérêt de cette nouvelle ligne de transport, il s’oppose à l’époque à son groupe majoritaire lors du vote par le conseil régional.

Réélu maire en 1995, il remercie les électeurs en réitérant son engagement de « servir les Véliziens sans esprit partisan ni exclusion ». Raymond Loisel, connu et apprécié pour son altruisme. Cet amour de l’autre lui permet de développer une politique de l’éducation novatrice. Il est l’un des premiers élus en France à lancer en 1996 l’instauration de rythmes scolaires, toujours d’actualité à Vélizy-Villacoublay.

Des projets emblématiques

Sous son impulsion voit également le jour L’Onde Théâtre Centre d’art réalisé par l'architecte Claude Vasconi en 2003. Le bâtiment abrite deux salles de spectacles (grande scène et atelier), un auditorium, un centre d'art, le Micro Onde, ainsi qu'une École de Musique et de danse.

Autre projet emblématique, la ligne 6 du tramway. Raymond Loisel défend le projet dès sa genèse. Alors conseiller régional, l’homme fait partie d’une minorité à croire en sa création. Le T6 est finalement mis en circulation en décembre 2014. Avec cette nouvelle desserte, la ville gagne en attractivité.

L'hôtel de police baptisé à son nom

En 2004, à la surprise générale, il met fin à son mandat de maire alors sous la bannière de l’UMP. «Compte tenu de mon âge, 75 ans, de mon état physique, j'ai pensé que le moment était venu et qu'il était sage de laisser la place à quelqu'un de plus jeune. Je suis fatigué », explique-t-il dans des propos rapportés par Le Parisien. Le démissionnaire ne raccroche pas totalement le tablier puisqu’il conserve une place de conseiller municipal. Et jusqu’au dernier moment, il s’est intéressé à l’actualité et à la politique de sa ville.

Raymond Loisel a su donner la chance à de jeunes élus et les accompagner dans leur investissement dans la vie de la municipalité. En 2015, pour le remercier et saluer ses actions, il est fait maire honoraire par l’actuel maire Pascal Thévenot en présence de Valérie Pécresse alors députée. La distinction honorifique lui est remise lors des vœux de la nouvelle année au centre Maurice Ravel. La Ville lui rend un nouvel hommage en mai 2018, à l’occasion de l’inauguration du nouvel hôtel de police dans l’ancienne mairie réhabilitée. Le bâtiment porte son nom pour le remercier de sa contribution à l’essor de la commune. À l’époque très affaibli, il ne s’exprime pas, mais est présent pour l’événement. Ses petits-enfants prennent la parole en son nom pendant l’inauguration dont Damien Metzlé, actuel maire adjoint en charge de l’Education.

Sans aucun doute, Raymond Loisel est resté fidèle à sa devise faire de Vélizy-Villacoublay, une ville « où il fait bon vivre ».